homelie_trinite_20200507 - Paroisse Saint Géry (Limelette) et Paroisse Saint Joseph (Rofessart)

Aller au contenu

homelie_trinite_20200507

Homélie du 7 juin 2020
L’admirable mystère de la Trinité

Comment parler de Dieu aujourd’hui ? Autrement dit, comment approcher la réalité intime de Dieu ? Je ne pense pas qu’une théorie sur Dieu puisse satisfaire l’humanité. Moise montre qu’il est impossible de saisir Dieu à travers les concepts mais plutôt en reconnaissant les signes de sa bonté, de son amour et de sa tendre présence. « Daigne marcher au milieu de nous », lui demande-t-il. Toute l’Ecriture nous présente d’ailleurs Dieu comme le parfait « être-en-relation ». La Trinité en est l’expression éloquente. Et la merveille est que nous sommes invités à entrer dans cette relation ! Dieu Trinité cherche toujours à s’approcher de l’homme malgré ses infidélités.  Il s’inquiète même quand l’homme s’éloigne : « Adam, où es-tu ? Un Dieu follement amoureux : « En mon cœur, quel émoi pour lui ! Je l’aime, oui je l’aime, oracle du Seigneur (Jr 31,20). Il trouve ses délices dans les enfants de Dieu (Pr 8, 30). Rendez-vous compte, Dieu trouve ses délices en nous !
En ce moment j’écris ces mots, je suis devant l’icône de la Trinité d’André Roublev (*). On remarque trois personnes ouvertes, tournées vers le monde. Elles attendent sans doute un quatrième convive pour partager le pain et la coupe. Cela nous parle encore plus, actuellement où la vie sociale reprend petit à petit avec le déconfinement. Sur l’icône, La Trinité se présente telle une histoire humaine sacrée et une expérience d’amour fondatrice pour notre humanité : ces trois personnes expriment la relation en tant que Dieu Père, Fils et Esprit Saint. Nous constatons que Dieu n’agit pas en vase clos, il n’a jamais cessé de contempler le monde. « Dieu a tant aimé le monde », dit Saint Jean.   Leur relation et leur façon de nous regarder nous suggère le type de relation à avoir entre nous. L’autre doit être vu comme la quatrième personne à la table de la Trinité, il est l’invité par excellence. Et quelles que soient ses convictions religieuses, bien l’accueillir nous aidera à mieux connaître Dieu. Dans cette dynamique, on comprend pourquoi l’attitude raciste, l’exclusion, d’où qu’elle vienne, est à l’opposé de l’attitude trinitaire. La réaction née en Amérique après la mort de l’afro-américain George Floyd dépasse les frontières et vient nous interpeller.
Nous réalisons combien l’autre avec sa différence, son éventuelle amitié, ses projets personnels et sa confiance peut contribuer à modeler mon vrai visage, et même à me convertir. Le contraire étouffe, écrase, empêche de vivre, … Au fait, pour me construire, qu’est-ce que j’attends des autres, de l’Autre, aujourd’hui ? Durant la période de confinement, nous avons peut-être pu faire du rangement, du nettoyage pas seulement dans la maison, mais aussi dans notre cœur, dans nos relations. N’y aurait-il pas dans ma vie une « relation » à exposer au regard de la Trinité pour lui donner une autre allure, pour qu’elle renaisse de ses cendres, que je la laisse fleurir ?
Le mystère de la Trinité nous fait prendre conscience, de manière plus aiguë, de la corrélation entre races, genres et âges. Baptisés au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit, nous sommes connectés sur leur réseau d’amour et nous découvrons qu’Il y a en chacun de nous une étincelle du divin. Ne l’étouffons pas. Saint Ignace d’Antioche nous fait son clin d’œil en cette veille de la reprise des célébrations publiques : « Chantez Dieu. Que chacun et chacune d’entre vous devienne une mélodie afin que par l’harmonie de votre accord, prenant le ton que donne le Christ, d’un seul chœur à voix multiples, vous chantiez Dieu le Père ». Il y a une mélodie secrète dans l’univers, une mélodie secrète de chacun et chacune d’entre nous. Et si l’on se disait, surtout aux heures les plus sombres, que cette mélodie c’est un chant d’amour ? Oh, ce mot « amour » est peut-être trop connu. Dès lors il peut nous côtoyer, sans qu’on se laisse toucher.
Ou bien nous passons à côté de lui sans le voir, car enfoui dans les décombres de nos limites humaines. Soyons reflet de l’amour qui circule entre les personnes de la Trinité, il transcende l’amour. Laissez-moi vous saluer selon la formule trinitaire de Saint Paul : Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous !
Bonne fête de la Trinité !                                                                                                                                                    Salvator

(*) Une copie est exposée actuellement dans l’église St Géry.

Webmaster : P VE & JP VE
© Paroisses Saint Géry et Saint Joseph
Mise à jour le : 28-07-2020
Retourner au contenu